Articles avec le tag ‘zaza’

Cadeauxxxx : DES sacs à langer Red Castle et DES abonnements Walea !

Avec l’aide de super bloggeuses, j’ai nommé Babypop, Zaza Madame Rêve (et croque…) et Yolina Devine qui vient blogguer, on a eu envie de vous gâter et de vous offrir une petite bulle d’oxygène dans un quotidien bien speed parfois. Histoire de préparer l’été zen et en beauté, (mais oui  qui sait qui sera toute musclée sur la plage cet été?) nous vous offrons, sur chacun de ces blogs, en partenariat avec Red Castle un sac à langer et 5 abonnements Walea Club, le club de gym en ligne des femmes, femmes enceintes et maman, le sport en ligne qui permet de s’activer pendant sa grossesse et après, celui qui permet de faire du sport à domicile ou au bureau, quand on veut, pendant la sieste de bibou ou à la pause déjeuner . Pas mal non ?

En plus, on se la joue un peu United Colors of Walea ! Parce que chaque sac à langer a une couleur différente :

Si tu aimes le orange, va faire un tour chez Zaza, Croque Madame

Si tu aimes le rose, un détour chez Babypop s’impose

Si tu aime bleu un clic chez Yolina, Devine qui vient Bloguer !

Pour jouer c’est vraiment tout simple. Il suffit de répondre à deux petits questions. Et comme on est des curieuses, on vous a demandé de nous confier vos astuces bien-être. Vous voulez connaître les miennes ? L’hiver, un bain bien chaud… L’été, une grande ballade dans les vignes avec mon chien. Et toute l’année un verre de vin le soir ! Faut-il y voir un lien avec les ballades dans les vignes ?

Un lundi parmi tant d’autres : la vie en couleurs chez Maria

Quand j’ai vu chez Zaza la thématique Multicolore de ce Lundi parmi tant d’autres, je ne pouvais pas passer à côté ! J’ai tout de suite pensé à Maria Flores, à son univers coloré très OléOhlala, à ses tableaux naïfs, poétiques, doux et colorés, avec ce petit je ne sais quoi d’attendrissant qu’elle insuffle dans ses toiles, comme une fée avec son pinceau magique et ses couleurs qui sont autant de filtres d’amour !

Comme celui qu’elle a fait de mes enfants et de mes nièces. Ma fille l’adore ! Elle le transporte de partout et je n’ai pas encore réussi à l’accrocher dans le salon (coloré aussi) : elle dit que c’est son CADEAU !

Encore merci Maria.

Un lundi parmi tant d’autres : histoires de mots

Difficile défi que celui lancé par Zaza pour ce lundi parmi tant d’autres… J’y réfléchis depuis le début de la semaine. Et je me repasse dans la tête des centaines de mots, un peu comme un livre géant dont on tournerait les pages à l’infini.

Au final, il en ressort une petite sélection, sans doute provisoire mais que je vous livre néanmoins pour ce qu’ils représentent, ce qu’ils symbolisent, ce qu’ils chantent :

Evanescence, extase, délectation : j’aime la signification de ces mots. Il me semble que leur sonorité reflète leur signification.

Nathanaël, Yona : car ils représentent ma vie.

Ardèche, Cambodge : deux lieux d’exil et de promesses.

Zef, nine, pègue, gavé, cagole, espante, calu, dégun, oh fan ! ensuqué, waï, pastaga, de longue (entre autres) : parce que je les emploie au quotidien, qu’ils chantent, respirent le soleil et sont à la fois un nouveau départ et un retour aux sources.

Un lundi parmi tant d’autres : histoires d’amour maternel

De mon point de vue, l’amour le plus inconditionnel est celui que l’on porte à ses enfants. Il est si fort, si puissant, si plein, si dense, si intense, si riche. Et même temps il se nourrit du doute. Chaque jour, malgré l’amour inconditionnel que j’ai pour eux, je m’interroge : est-ce que je les aime assez, est-ce que je les aime suffisamment, est-ce que mon amour ne les étouffe pas, est-ce que je les aime pareil, est-ce que je les aime trop ?

Cet amour est une évidence mais il est aussi interrogation, remise en cause, questionnement, douleur, culpabilité, crainte, peur, souffrance, angoisse, fragilité.

Pour exprimer ce que je ressens, il y a une citation extraite d’un texte que j’ai croisé il y a longtemps et qui m’a marqué, celui de Kahlil Gibran, « Vos enfants » :

« Vos enfants : vous pouvez vous efforcer d’être comme eux, mais ne tentez pas de les faire comme vous.  » Voilà, c’est exactement ça : ils grandissent en nous, viennent à la vie et chaque jour, ils deviennent des personnes libres et autonomes, se détachent. Nous sommes là pour les aider à faire leurs premiers pas dans la vie, en leur tenant la main, mais à eux de choisir le chemin qu’ils vont emprunter. Faut-il les aimer pour les laisser grandir et partir…

C’est ce que m’a inspiré le Lundi parmi tant d’autres de Zaza.

Un lundi parmi tant d’autres : la crêpe éternelle

Ce week-end, les crêpes étaient incontournables ! ça tombe bien parce que c’est le sujet d’un lundi parmi tant d’autres de Zaza. Enfin accessoirement parce que mon grand n’est pas encore un lecteur assidu de Zaza mais m’a quand même rappelé à l’ordre, samedi, respect des traditions oblige. Donc me voilà partie dans la confection de crêpes. Pas question qu’il retourne lundi à l’école sans avoir eu sa fournée de crêpes… C’était un coup à le traumatiser. Pleine de bonne volonté, j’ai pris la recette dans mon mini livre de recettes « Goûters d’enfants »… Et figurez-vous que nous avons inventé deux concepts culinaires.

Le premier, c’est celui de la crêpe ratée. Franchement, ce n’est pas pour me vanter mais normalement, je taquine les fourneaux … Mais là gros ratage sur toute la ligne. Pas une crêpe qui ne ressemble à une crêpe. Et même au niveau du goût, pas de quoi faire la fière. Cramées, trouées, épaisses… La cuvée crêpe 2012 n’est pas un grand cru. LA faute à la poêle sans doute… Promis l’année prochaine, j’achète une crêpière.. Je remercie mes petits gastronomes de ne pas m’avoir fait de remarques désobligeantes.

Le second, c’est ma petite louloute qui l’a inventée, c’est celui de la crêpe éternelle. Le principe est le suivant : 1/ peu importe la crêpe, ce qui compte c’est ce qu’on y met généreusement dessus : sucre, chocolat, nutella. Bref tout ce que tu aimes. 3/ lécher avec le doigt le contenu de la crêpe, (voire avec la langue) sans jamais manger la crêpe (peut-être aussi qu’elle était trop mauvaise…). 3/  réclamer à nouveau de la garniture et pleurer si jamais on vous oppose la moindre résistance.

On peut même pousser le concept plus loin et inventer la crêpe éternelle sur la table (c’est vrai pourquoi mettre des assiettes qu’il faut laver ensuite ?)

Un lundi parmi tant d’autres… comme un mardi ?

Copyright : La mouette liseuse

Zaza nous propose de dévoiler notre rituel du soir… Evidemment, les enfants ont leurs petites habitudes pour se coucher : bisous, câlins, mots doux histoires, dodos… C’est leur petite routine. Mais ils ne sont pas les seules à en avoir une. Moi aussi, le soir, j’ai ma routine, mes habitudes, sinon je m’endors mal, je tourne, je vire, je m’énerve. Chaque soir, quelque soit l’heure à laquelle je me couche, je lis. Parfois un chapitre, parfois une page avant que mes yeux lourds n’éteignent la lumière, mais toujours quelques mots pour me vider la tête et pour passer le relais entre des journées bien denses et des nuits reposantes.

En ce moment, depuis quelques temps, c’est Mankell et son commissaire Wallander qui m’accompagnent dans les bras de Morphée. Après les morts de la St Jean, un de mes préférés, je viens de finir Les chiens de Riga (qui ne m’a pas emballé) et j’ai commencé Avant le dégel, passionnant, centré sur la fille du commissaire Anna. Depuis le succès des Millenium, j’ai cédé à la tentation des polars venus du froid que je lis bien au chaud sous la couette !

Mais pourquoi un lundi parmi tant d’autres un mardi ? Parce que hier mon blog était tout cassééééééé !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Un lundi parmi tant d’autres : huits petits grains de folie !

Un petit brin de folie dans notre vie quotidienne pour Zaza ? C’est d’inviter 7 garçons âgés de 6 à 7 ans à la maison pour fêter l’anniversaire de notre loulou de 7 ans. 7 ans l’âge de la raison ! 7 + 1 = 8 bouilles d’anges qui ne sont pas du genre contemplatif, à la maison à l’origine d’un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter ! Huit boules d’énergie et de dynamisme qui ont programmé une explosion simultanée de vitalité, de rires, de joie, de bonheur d’être ensemble !

A 14h30 précises samedi, c’est comme si on avait appuyé sur un bouton rouge secret et qu’on avait déclenché un cataclysme sonore proche du mur du son. Et que je te cours après, et que je t’attrape, et je te fais tomber, et je rigole, et je te chatouille et je crie, et je monte les escaliers, et je les descends et je cours dans le jardin et je recommence tout ça une fois, deux fois, cent fois…

Je remercie les voisins de ne pas avoir prévenu le GIGN… Je m’attendais à voir débarquer les unités spéciales anti-émeutes d’un instant à l’autre. Et j’ai eu pendant toute l’après-midi une pensée émue pour la maîtresse qui canalise au quotidien ces enfants plein de vie.

Un lundi parmi tant d’autres : la folie des les petits carnets !

Je ne pouvais que répondre présente à l’appel de Zaza pour ce Lundi parmi tant d’autres et ses petits carnets… c’est une amie, Marie, qui m’a donné le virus. Elle m’a offert une fois deux carnets pour que je fasse mon journal de bord. Je partais en effet 6 mois en voilier en Mediterrannée et j’ai écrit écrit et encore écrit au grès des escales sur ces petits cahiers que j’ai toujours dans un carton. Depuis, j’en ai toujours un sous la main. Il y en a un qui raconte ce que nous aimerions faire mon mari et moi avant que les lumières ne s’éteignent, un autre où je note mes idées de boulot, d’articles ou autres.Plus jeune, j’ai eu aussi mon carnet intime dans lequel je notais beaucoup de mes pensées, parfois très sombres

Celui que j’utilise en ce moment, je l’ai trouvé dans un magasin de déco, près de chez moi : il s’appelle mon cahier de courses  de Corinne Bittler mais en fait, c’est mon cahier de travail. Depuis le mois de novembre environ, j’y note tout ce qui touche le boulot : les notes prises en réu, les to do, les réflexions, les calculs. C’est un peu le bazar dedans mais au final, je ne s’en sors pas trop mal ! Je capte bien quelques regards surpris de temps en temps quand je le sors. Et alors ? Un peu de fantaisie, ça ne fait pas de mal. Là il est presque fini, d’autant plus que fiston me l’emprunte pour écrire les mots qu’il apprend. Mais j’ai anticipé et j’avais acheté avant Noël un carnet Unicef. Et je pense que je vais craquer pour les carnets de . Un petit plaisir comme un autre !

Découvrez le Walea Club


Cours de gym en ligne pour
Femmes Enceintes et Mamans.
Yoga, Gym douce, Pilates, Bien-être.
Remise en Forme Postnatale, Abdos,
Cardio, Gym avec Bébé...

Inscrivez-vous
pour être en forme et retrouver votre équilibre
SANS Contrainte

AVANT et APRES votre grossesse.

VIVEZ LE SPORT AUTREMENT.

Announcement
VIP Walea
Nouveau ! Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement les e-books Walea : un concentré de bien-être pour les femmes !

E-mail:

Inscription
Désinscription