Articles avec le tag ‘Sexe’

Pourquoi faire l’amour en utilisant son smartphone ?

Selon un sondage du magazine parental  Meredith’s Parents Network, 12 % des femmes interrogées utilisent leur smart phone pendant l’amour !!! Mais pourquoi et comment font-elles ? je me suis creusée la tête…

  • Soit elles filment leurs ébats amoureux,
  • Soit elles regardent des trucs pas regardables en même temps
  • Soit elles partagent tout avec les copains/copines
  • Soit elles s’ennuient prodigieusement et font leur shopping en mêm temps.

What else ? Dans tous les cas  elles sont définitivement accros !

Il y a 12 % d’entre vous que je ne regarderai plus de la même façon… Concernant les utilisations plus « classiques », 21 % l’utilisent dans leur salle de bain. 81 % dépensent des sous avec leur smartphone en surfant sur des boutiques en ligne. Les principales utilisations concernent Facebook, la télé et la lecture de magazine.

Huit mères sur dix interrogées lors de cette étude ont un compte Facebook et elles s’agacent des statuts impudiques ou trop personnels, els sollicitations pour répondre à des questions ou participer à un jeu. Les infos promotionnelles les agacent aussi et elles estiment que surfer est une perter de temps mais passent quand même de plus en plus de temps sur le net.

Et vous acrros au téléphone ou pas ?

Le sex appeal des parents solos

On les appelle les parents solos, les parents célibataires, les parents isolés… Et s’ils étaient tout simplement des parents ultra sexy ? C’est ce que laisse à penser un petit sondage relayé par le Nouvel Obs et réalisé par le site de rencontres Smartdate qui a demandé à ses clients si « Être un parent célibataire vous semble-t-il handicapant pour trouver l’amour ? »  Selon le site « 35.8% des parents isolés considèrent qu’il s’agit d’un désavantage, alors qu’une majorité (61.4%) pense que la monoparentalité est un non-sujet sur un site de rencontres ».

Tant mieux pour les parents célibataires qui ont envie de rencontrer quelqu’un. Mais il me semble, au vu de mon expérience, qu’il est plus difficile pour une femme solo avec enfants de rencontrer quelqu’un. Question d’organisation et aussi d’engagement. Est-ce que je me trompe ?

La libération du clitoris est en marche

Copyright : Second sexe

Le clitoris, c’est le seul organe humain dédié uniquement au plaisir. Ne serait-ce que pour cette raison il mérite qu’on parle de lui et qu’on le libère une bonne fois pour toutes. Moralisateurs, bien pensants, psychanalystes (dont Freud) l’ont toujours dénigré, vilipendé, caché, sali au nom d’une sexualité orientée vers le plaisir de l’homme. Est-ce pour cette raison que certaines sociétés pratiquent l’excision ? On nous a rabâché les oreilles à longueur de pages de magazines pour savoir si nous étions clitoriennes ou vaginales… D’où vient ta jouissance, et je te dira qui tu es…

Mais la sexualité est multiple ! Pour qu’on le garde en tête, une association lance une campagne osée : celle de la libération du clitoris. A partir du 6 juin, sur les murs de certaines villes (je me demande lequelles…), une campagne s’affichera sur le thème « osez le clito ! ». Selon le site Second sexe, « Osez le féminisme veut affirmer que les sexualités des femmes sont multiples, se vivent en dehors de toutes procréation, ne sont pas forcément complémentaire du sexe masculin ». Y’a plus qu’a créer le front de libération du clitoris, le FLC…

Je vous conseille la lecture de l’article Des clitoris bientôt libérés. On y apprend une foule de choses. Pour ma part, je me souviens d’une discussion mémorable sur le clitoris dans un resto de Bastille… Les présentes (et les présents) se reconnaîtront.

Les toxicos de l’amour

 

L’amour, c’est une drogue et c’est pour ça que ce n’est pas en vente libre. L’amour on se le refile sous le manteau (ou la couette) dans une pénombre protectrice ou en plein soleil. Mais une fois qu’on y a goûté, on ne s’en passe plus.

Les amoureux sont dépendants de deux substances terriblement additives : la dopamine et les endorphines. Et comme le souligne le site Terrafemina, on ne devrait pas dire tu me manques, mais je suis en manque. De ta peau, de ton odeur, de ton regard, de tes mains, de ton désir. Etre dépendant de l’amour, on veut bien. C’est si bon ! Le problème, c’est l’accoutumance. Plus on est soumis à ces drogues de l’amour, et moins elles font d’effets. Le triste résultat est que le sentiment de passion qui nous anime au début d’une relation s’émousse petit à petit. Le corps s’habitue à ces substances pour finir par ne plus les ressentir.

Selon Lucy Vincent, ancien chercheur au CNRS et docteur en neurosciences, cité sur Terrafemina, « les histoires d’amour ne finissent pas forcément mal, elles finissent en débouchant sur une autre forme d’amour, qui sera celle de la durée ».

Heureusement, l’ocytocine vient à la rescousse : cette hormone de l’amour se dégage lors d’un orgasme, lorsqu’une femme accouche, ou encore grâce aux contacts tactiles agréables. C’est elle qui nous retourne quand on voit les êtres aimés (mari, amants, enfants…). Elle favorise le bien-être et l’attachement affectif. C’est aussi un atout santé. Et elle peut être consommée sans modération. C’est la drogue la plus aboutie puisque jamais son effet ne s’amoindrie ! Notre conseil Walea : une bonne dose quotidienne d’ocytocine et la vie sera belle !

A la recherche de la nouvelle star du porno

Quand j’ai lu l’article sur le site 7/7, je n’y ai pas cru. Dans le genre télé-réalité, on a connu Loft story, La ferme, La Star Ac’, Pop Star, Qui veut épouser mon fils, Fear Factor, X factor, Le Bachelor, Koh Lanta, Pékin Express, L’ile de la tentation, Greg le Millionnaire, Oui Chef !, l’inoubliable carré Viip, bientôt Famille d’explorateurs et peut-être… Porn Stars !

L’idée dans cette dernière émission n’est pas de surmonter mille épreuves physiques ou ses partenaires, ni de trouver l’amour ou de résister à la tentation, ni de savoir chanter ou cuisine. L’idée c’est de savoir « baiser » ; Désolée pour la grossièreté, mais difficile d’écrire autre chose.

Cette émission proposera aux téléspectateurs d’élire les candidats ayant eu le meilleur rapport sexuel  sur scène devant la caméra ! Selon quels critères ? Mystère ! Les pré-sélections des candidats ont eu lieu en Afrique du Sud et on fait salle pleine. Les futures stars du porno potentielles se sont bousculées au portillon. J’imagine les castings de sélection… Cent as du sexe ont été retenus pour la compétition.

Et devinez ce que gagneront les heureux finalistes ? Le droit de jouer dans un film porno ! Wouah ! Il est temps d’éteindre la télé ;-)

Rétro avant sur le devant !

Vous êtes nombreuses et nombreux (et oui les hommes aussi lisent Walea !), à avoir aimé la vidéo que nous avons récemment publiée Rétro arrière pour le derrière !

Et bien figurez-vous que cette vidéo a aujourd’hui une suite :

Deux petits malins, ont voulu prouver à la planète qu’ils étaient également victimes de regards déplacés, je cite, en direction de leur « paquet » !

A voir sur youtube.com

J’attends toujours la vidéo qui pourrait s’appeler plein feu sur les pare-chocs !

A suivre, donc !

http://www.walea-blog.com/2011/02/17/retro-arriere-pour-le-derriere/

Rétro arrière pour le derrière !

Deux copines ont eu l’idée de se fixer une caméra sur le popotin pour avoir une vue sur qui mate leurs arrières !

La vidéo de la vie d’un derrière (assez joli) vaut le détour :

A voir sur koreus ! La vidéo sur youtube a été retirée !

Bon, faudra qu’on revienne sur l’article avec une étude sur le sujet ! Et si on planquait une caméra dans un décolleté pour voir ce que ça donne ?

Vade retro ?

Viibryd : le premier antidépresseur « sex friendly »

Copyright : Photo Libre

Antidépresseurs et  désir sexuel ne feraient pas bon ménage ?  Walea relaie un article de Rue89 qui braque les projos sur le sujet :

L’accord par la Food and Drug Administration vient d’être donné pour la commercialisation prochaine aux États-Unis d’un nouvel antidépresseur, le Viibryd, qui n’aurait aucun effet secondaire sur la sexualité. La sortie de cette nouvelle molécule lève ainsi un tabou sur un sujet délicat qui toucherait près d’un dépressif sur deux. L’argument commercial est de poids pour le laboratoire à l’origine de cette nouvelle molécule.

Si les études parlent de 40 % à 50 % de patients concernés, selon le psychiatre et sexologue Patrick Blachère, le phénomène serait sous-évalué : « Les études sur les antidépresseurs se concentrent sur le début du traitement, soit les huit premières semaines. Pendant cette période, l’état du patient s’améliore et les effets positifs du médicament l’emportent sur les effets secondaires. Ce n’est que dans un second temps, quand le patient va mieux, qu’il réalise ses troubles sexuels, et que la souffrance se fait sentir. »

La pudeur des patients jouerait pour beaucoup mais l’information sur les effets secondaires par les professionnels de la santé laisserait aussi à désirer. Rue89 souligne ainsi que si « en Grèce, en Italie et en Espagne, la sexualité est librement abordée avec les patients pendant les rendez-vous, ce n’est pas le cas dans les pays plus au nord », et notamment la France.

Cette nouvelle molécule serait-elle un premier pas pour guérir et viibryd de plaisir ?


Sexe et sport : ouf pas de contre-indication !

 

Copyright : Photolibre

C’est le genre de news que j’adore ! Dans la Voix des Sports, le gynécologue Francis Collier fait le point sur la compatibilité entre la pratique sportive et le sexe. Et bien rassurez-vous : c’est tout bon ! Avant ou après un effort sportif, pendant c’est plus compliqué, un câlin coquin ne nuira pas à vos performances (ni sportives, ni sexuelles). Bien que la performance en matière sexuelle n’a pas trop de sens, parlons plutôt de bien-être ! La leçon du bon Dr Francis Collier à retenir : à chacun son rythme selon ses envies.

Bref pour revenir à l’article, des bonnes nouvelles, en veux tu en voilà !

> on peut avoir un rapport sexuel avant une activité sportive : s’abstenir est un non sens ! Car l’énergie consommée au cours d’une galipette n’entame pas le potentiel sportif. Après aussi, mais on est plus fatigué et moins disponible dans sa tête.

> avoir un rapport sexuel équivaut à monter vingt marches selon les cardiologues. Faire l’amour ou monter les escaliers, à vous de voir, faites votre choix !

> le sexe est un moyen de relaxation bien plus efficace que la sophrologie

> une activité sportive régulière semble prévenir les troubles de l’érection.

Vous avez ce qu’il vous reste à faire ? Lire la suite »

Japon : au pays du sexe déclinant

 

Copyright : Darkmatter

Geishas, pratiques sexuelles raffinées ou déroutantes, mangas torrides… l’extrême-orient alimente notre imaginaire coquin et nos fantasmes les plus inavouables. Pourtant, la réalité vraie n’est pas si tendancieuse. Les Japonais ne sont pas si friands que ça de la bagatelle. Tout particulièrement les jeunes. C’est une étude du gouvernement japonais qui a mis cette tendance en lumière.

Environ 36 % des garçons et 58,5 % des filles âgés de 16 à 19 ans affirment « ne pas s’intéresser » ou carrément « éprouver une aversion » pour le sexe. C’est la proportion la plus élevée parmi toutes les tranches d’âge selon l’enquête du ministère de la Santé japonais menée en 2010 auprès de 2693 personnes (1540 ont bien voulu répondre au questionnaire).

Damned ! Des jeunes qui se disent dégouttés du sexe…  Mais où va-t-on ?Le mythe en prend un coup ! Il faut dire que leurs aînés ne leur montre pas le bon exemple.  Ce déni du sexe augmente dans toutes les catégories, sauf chez les hommes âgés de 30 à 34 ans. Ouf ! enfin des gens qui ont su raison garder ! Chez les filles en revanche, c’est la berezina la plus total. Un tiers des 25 à 29 ans n’ont aucun appétit sexuel : rien, nada, pas même un petit frisson de temps en temps. On appelle ça de l’inappétence sexuelle et c’est bien triste. Et 41 % des couples avouaient ne pas avoir eu de relation sexuelle le mois précédent l’enquête. On rêve toutes de faire partie des 12 % des Françaises qui disent faire l’amour tous les jours. Mais ça c’est dans nos rêves… Mais on essaie quand même de garder une petite cadence !

Les raisons de ce désamour du sexe ? Les personnes interrogées estiment qu’après la conception d’un enfant, il n’y plus de raison de faire l’amour (20,9%) (ben si quand même et le plaisir?), qu’il n’y a plus de désir (21 %) (ça se travaille, faut faire des efforts et avoir un peu d’imagination !), qu’ils sont fatigués à cause du travail (16,1 %) (c’est malin ça, une seule solution : moins travaillers) ou qu’il y a des choses bien mieux à faire… (Ah bon mais quoi ? ;-)) A quand une enquête similaire chez les Français ?

Découvrez le Walea Club


Cours de gym en ligne pour
Femmes Enceintes et Mamans.
Yoga, Gym douce, Pilates, Bien-être.
Remise en Forme Postnatale, Abdos,
Cardio, Gym avec Bébé...

Inscrivez-vous
pour être en forme et retrouver votre équilibre
SANS Contrainte

AVANT et APRES votre grossesse.

VIVEZ LE SPORT AUTREMENT.

Announcement
VIP Walea
Nouveau ! Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement les e-books Walea : un concentré de bien-être pour les femmes !

E-mail:

Inscription
Désinscription