Articles avec le tag ‘Santé’

Recettes de cuisine pour vivre plus longtemps

On vous en parlait il y a peu de temps : les omégas 3 sont vos amis pour la vie, tout comme les produits laitiers et le sport ! Et on vous conseillez déjà de faire le plein d’Omega 3.

Mais voilà qu’une nouvelle étude de la Harvard Medical School soutenue par les US National Institutes of Health (NIH) met en évidence les bienfaits du poisson gras (saumon, maquereaux, thon…) et surtout des omégas 3  sur la longévité.

Et il n’y a pas d’âge pour commencer : cette étude montre que consommer du poisson après 65 ans permet d’augmenter la longévité.  Les médecins ont examiné l’apport d’oméga3 dans le sang et ont trouver une corrélation entre un taux élevé d’oméga 3 et une réduction du risque de décès cardiovasculaire.

Selon le site Santélog, « l’analyse constate ainsi que des niveaux élevés d’acides gras oméga-3 dans le sang sont associées à une réduction de 27% du risque de décès toutes causes confondues, et une réduction de 35% du risque de décès par maladie cardiaque et que les personnes aux niveaux sanguins en omega-3 les plus élevés, ont vécu en moyenne, 2,2 années de plus. La conclusion des chercheurs s’impose, sur les bienfaits du poisson et des fruits de mer riche en oméga-3 (même si l’étude n’a pas directement prise en compte les apports alimentaires des participants). »

Sans compter que le saumon est très riche en vitamine D. 100g de saumon apporte 100% des besoins par jour. La vitamine D active des molécules qui vont attaquer les bactéries et les virus. Essayez donc de consommer un poisson gras au moins 1 fois par semaine: saumon, thon, sardine, maquereau…

Alors mangez 5 fruits & légumes par jour ET du poisson une fois par semaine !

Pour rappel, voici une liste d’aliments contenant des omégas 3 :

Le foie de morue

L’huile de colza

L’huile de lin

Les poissons gras

Les fruits à coques dont les noix

Les œufs bleu-blanc-cœur

La viande d’animaux élevés en plein air

La mâche, pourpier, épinard, cresson, laitue, frisée, cœur de palmier, avocat…

Infections urinaires : pas de fatalités !

Elles ont tendance à nous gâcher la vie. Particulièrement douloureuses et handicapantes, les infections urinaires sont un de ces privilèges dont se passeraient bien les femmes. Certaines d’entre nous  y sont plus sujettes que d’autres et tout particulièrement pendant leur grossesse. Et je compatis…

Véritable calvaire pour celles qui en sont victimes… sachez qu’il est possible de diminuer leur survenue. D’abord en ne portant aucun vêtement trop serré susceptible de générer un frottement et une infection. Adoptez le confort pour votre bien-être et votre santé.

Buvez également votre litre et demi d’eau règlementaire. En éliminant, vous vous débarrassez des germes susceptibles de causer les infections urinaires.

Si vous êtes sensibles, faites une cure de canneberges ou cranberry (disponibles en pharmacie) : ces petites baies rouges sont les amies des femmes et leur évitent bien des désagréments. Leurs vertus en prévention des gênes urinaires sont reconnues.

Enfin une astuce de grand-mère : rien de plus efficace qu’une infusion de queue de cerises pour éliminer. Jetez une bonne poignée de queues de cerises dans 50 centilitres d’eau bouillie. Couvrez et laissez infuser 15 minutes.  Buvez cette mixture tout au long de la journée, vous sentirez rapidement l’effet diurétique.  A éviter le soir avant de vous coucher, si vous ne voulez pas qu’une envie pressante interrompe vos doux rêves. Si vous n’avez pas de cerisiers dans votre jardin, rendez-vous dans les pharmacies ou les magasins bio qui proposent des tisanes de queues de cerises

Astuces sport et bien-être n°2

On continue notre série pour vous apporter une dose de bien-être dans votre quotidien. Le but est d’intégrer dans vos habitudes des gestes qui vont favoriser votre tonification, votre remise en forme et au final votre santé ! Des petites choses simples, à faire sans efforts, des habitudes de vie qui se font discrètes et vont vite devenir des réflexes. Sport, détente, perte de poids, relaxation, diététique… de quoi favoriser votre équilibre au quotidien !

Astuce sport : un périnée et un ventre fermes

Le périnée est un des muscles les plus importants de notre corps de femmes et pourtant il est un des plus méconnus et les plus négligés. Il est nécessaire de le faire travailler un peu tous les jours pour le tonifier, sinon, lui aussi, il se relâche comme n’importe quel muscule, mais les conséquences sont plus désagréables qu’un peu de cellulite (fuites urinaires et cie, merci on s’en passe !)  Voici un petit geste à répéter quotidiennement autant de fois que vous le pouvez : contractez le périnée, soufflez doucement, rentrez le ventre en partant bien du pubis, étirez-vous profondément en imaginant que votre tête est tiré par un fil invisible, (restez la tête droite) en vous mettant sur la pointe des pieds, serrez les fesses une dizaine de secondes. Non seulement vous vous étirez et ça fait un bien fou mais en plus, vous sollicitez tous vos muscles et vous tonifiez en douceur et en profondeur.

Dès que vous le pouvez, répétez ces exercices très discrets, au bureau, à la maison, dans un magasin quand vous attendez votre tour à la caisse…

Astuce beauté : des vitamines pour une belle peau

Liste de courses pour vous aider à avoir une belle peau

- Carotte crue et cuite, cerfeuil frais, abricot, épinard, potiron, laitue, poivron, melon, tomate, cornichon pour aider la peau à se régénérer grâce à la vitamine A.
- Brocoli, courgette, fraise, kiwi, papaye, poivron rouge, orange, chou de Bruxelles, cassis pour protéger votre peau des méfaits du soleil grâce à la vitamine C.
- Levure de bière sèche, levure de boulanger, germe de blé, œufs de poissons, pois secs, haricots secs, porc, noix, noisette, lentille, rognon, petit pois pour avoir une peau ferme grâce à la vitamine B.

Conseil bien-être pour s’aérer l’esprit

Dès que le soleil pointe le bout de son nez, on en profite pour prendre l’air. Entre deux dossiers au bureau, à la sortie des écoles, en gardant bébé… On se bouge. Les petites pauses se font au grand air : c’est très bénéfique. Et marcher 20 minutes par jour permet de préserver son capital santé.

Femmes santé : écoutez votre cœur pour avoir une bonne image de votre corps

Le site Santelog fait état d’une nouvelle étude très intéressante à mon avis. Les femmes qui sont à l’écoute de leur corps et qui ont une meilleure connaissance des signaux émis par leur corps – comme leur rythme cardiaque – ont une meilleure image d’elle-même et sont plus à l’aise avec leur corps.

Cette étude menée par les Drs Vivien Ainley et Manos Tsakiris, psychologues de l’Université de Londres, publiée dans l’édition du 6 février de la revue PLoS ONE, explique donc que des étudiantes volontaires âgées de 19 à 26 ans ont été invitées à écouter leur rythme cardiaque.

Il se trouve que celles qui avaient une bonne perception des signaux émis par leur corps sont très à l’aise avec lui et en ont une image positive. A condition qu’elles ne le considèrent pas comme un objet !

«Les gens ont la capacité remarquable de pouvoir se percevoir du point de vue d’un observateur extérieur, cependant, certaines femmes vont développer une tendance excessive à considérer leur corps comme un objet, en négligeant de le valoriser pour sa compétence physique et sa santé» expliquent les psychologues.

Ces femmes-là qui objectivisent complètement leur corps ont des tendances plus fortes à être sujettes à la dépression, à des troubles du comportement (type alimentaire) ou sexuels. Mais lorsqu’elles perçoivent leur corps non plus comme un objet, mais qu’elles sont à l’écoute de ce qu’il raconte, elles ont une meilleure estime d’elle-même et de leur image.

Conclusion : votre corps n’est pas un objet. Ecoutez ce qu’il a à vous raconter !

Johanna Quaas : Athlète à 86 ans !

Credits photos : guinness worlds records

Ce sont des histoires comme celle-ci qui nous donnent envie de nous bouger et de ne plus rester affaler devant la télé ou de passer trop de temps devant son ordinateur !

Johanna Quaas est une gymnaste de 86 ans, applaudissements s’il vous plaît !

Elle a remporté 11 médailles en concourant dans les compétitions classées « senior » mais elle  continue surtout de s’entraîner au quotidien pour le plaisir et la forme, cela va sans dire.

Son passé de sportive ne date pas d’hier puisqu’en 1954 son équipe de handball a gagné le championnat d’Allemagne de l’Est.

Johanna Quaas nous lance une invitation pour prendre soin de notre corps et de notre santé.

La sédentarité tue

Quand la très sérieuse revue britannique scientifique The Lancet le dit, en général, on peut lui faire confiance. Selon une équipe de chercheurs américains de la Havard Medical School à Boston, l’inactivité physique faire des ravages dans le monde et serait à l’origine de plus de 5 millions de morts.

5,3 millions de décès, c’est également plus ou le moins le nombre de morts imputés à la cigarette. La sédentarité serait donc aussi dangereuse que le tabac, voire plus ! Selon cette étude, le manque d’activité physique serait responsable de 6 à 10 % des « quatre grandes maladies non-transmissibles » : maladie coronarienne, diabète de type 2, cancers du sein et cancer du côlon, ce qui représente 10 % des décès observés au niveau mondial en 2008.

« Sur les 7,25 millions de décès dus à la maladie coronarienne en 2008, plus de 15 000 auraient pu être évités en Afrique, 60 000 en Amérique, 44 000 Méditerranée orientale, 121 000 en Europe, 59 000 en Asie du sud et 100 000 dans la région du Pacifique occidental » indique l’étude. « Le simple fait de réduire la sédentarité de 10% à 25% permettrait de prévenir entre 533 000 et 1,3 million de morts par an, dans le monde ».

D’après un des auteurs de l’étude, I-Min, pas besoin de devenir un sportif de haut niveau pour obtenir des avantages substantiels pour votre santé : 15 à 30 de marche rapide par jour suffisent !

Ou autant d’activité physique, de sport en ligne, de gym ou de yoga en ligne sur Walea Club !

Bon pour le moral : faire du sport au vert !

Faire du sport en forêt, dans les bois, les parcs, c’est bon pour le moral. D’autant plus que quand on dit « faire du sport », on ne dit pas « faire un marathon » « souffrir horriblement » « transpirer beaucoup », on dit juste courir un peu ou marcher régulièrement.

C’est la conclusion d’une étude écossaise menée par Richard Mitchell, professeur à l’université de Glasgow qui s’est servi d’une grande étude datée de 2008 pour comparer les effets de l’activité physique dans des environnements naturels et non naturel sur le moral, selon le journal Le Figaro.

Résultat, ceux qui font du sport dans les bois, les forêts ou les parcs sont moins sujets à la dépression. «De précédentes études menées sur des petits échantillons contrôlés de personnes ont montré que la vision et la perception d’un environnement naturel pouvaient déclencher des effets biologiques et psychologiques qui abaissent les niveaux de stress et améliorent le bien-être mental, mais cela n’avait jamais permis de vérifier ces effets à plus long terme, et sur la population générale», explique Richard Mitchell.

Cette amélioration du bien-être mental, de presque 50 %, sur le stress, les problèmes quotidiens, les troubles du sommeil, l’anxiété concerne surtout les personnes qui ont une activité physique « dans un environnement boisé ».

Pour aller mieux, vous savez ce qu’il vous reste à faire ! Soit vous avez un parc, une forêt près de chez vous… soit vous vous connectez sur Walea Club et découvrez nos vidéos de sport en ligne (gym douce pour une remise en forme postnatale, yoga,  tonification et musculation) filmés dans des environnements magnifiques : plages, pinèdes, montagnes Sainte Victoire, pour vous offrir une petite bulle d’oxygène chez vous, avec le champs des cigales en prime !

Boulot, vacances… Au secours, c’est l’invasion des microbes

Copyright : Photo Libre

Cet article du Parisien Qui partage son ordi, partage ses bactéries m’a fait dresser les cheveux sur la tête !

A en croire ces lignes, le partage de microbes au boulot est un sport national : un salarié sur 5 a déjà été contaminé par un de ses collègues de travail et la moitié d’entre eux a été obligée de prendre un arrêt maladie pour s’en remettre, d’après une étude effectuée auprès de 250 sociétés françaises pour le groupe Kimberly-Clark Professional. Et ce que les microbes préfèrent, ce sont les open space ! Alors là, ils se régalent et passent d’un bureau à un autre, d’un espace à un autre sans aucune restriction douanière : c’est l’option tout illimité du microbe…

Ces dommages collatéraux du travail en entreprise coûtent quand même  la bagatelle de 1000 € par an et par personne aux entreprises : joli budget « microbes » quand même ! Inquiétant mais le pire reste à venir. Là où j’ai commencé à me sentir mal, très mal, c’est quand j’ai lu les phrases suivantes :  « le nombre de germes sur un bureau ordinaire est 400 fois supérieur à celui retrouvé sur le siège des toilettes », ou encore « 25% des hommes ne se lavent pas les mains après être allés aux toilettes ». Beurrrk !

Bon déjà, comme le conseille dans l’article le Dr Frédéric Saldmann, spécialiste de l’hygiène, j’arrête de faire la bise, ne pensez pas que je fais la pimbêche, c’est juste une mesure de salut public. Après il ne reste pas 36 solutions : soit je pointe au chômage, soit je vais travailler dans les toilettes, soit j’opte pour le télétravail et mes microbes et moi on fait bureau à part (à propos je vous conseille de lire le guide du télétravail mis en ligne par l’Observatoire de la parentalité  pour tout ceux qui serait tenter par cette aventure), soit je flique les mecs à la sortie des toilettes. Bon il parait que rappeler certaines règles d’hygiène, c’est efficace aussi.

Là j’entends les petits malins dire « t’as qu’à partir en vacances, tu seras tranquille ». Même pas vrai ! D’après un article de Matin.ch, l’Université de Houston a testé la prolifération des bactéries dans les chambres d’hôtel de plusieurs Etats des Etats-Unis. Le résultat de cette étude est juste horrible… A dégoutter de partir en vacances… Si on décerne la palme de la concentration de microbes, les toilettes arrivent en 4ème position « seulement ». Le top 3 des microbes revient aux télécommandes, aux interrupteurs et aux éponges qui ne sont pas changées entre deux chambres et qui véhiculent leurs petits passagers clandestins d’un bout à l’autre de l’hôtel. Sachant qu’une femme de ménage dans un hôtel nettoie en moyenne entre 14 et16 chambres, c’est la libre circulation des microbes !

Enfin en ce qui me concerne, je ne pars pas en vacances et je télétravaille. je suis sauvée… Bon sur ce, je vous souhaite bon appétit hein !

Le travail de nuit favorise le cancer du sein

Le travail de nuit nuit gravement à la santé des femmes : c’est ce qu’il faudrait inscrire dans les contrats de travail de toutes ces femmes qui travaillent de nuit ou qui alternent le travail de jour et le travail de nuit.

Ce risque avait déjà été mis en évidence chez les infirmières. Une étude avait « montré un excès de risque de cancer du sein pour celles travaillant la nuit », selon Pascal Guénel, directeur de recherche au Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm, France). Une nouvelle étude intègre une population plus large de femmes alternant travail de jour et travail de nuit.

En raison de la perturbation du rythme biologique, le travail de nuit entrainerait un risque accru de 30 % de cancer du sein. 30 %, c’est quand même énorme !  Même s’il ne faut pas dramatiser : « une augmentation de 30% du risque de cancer chez les femmes ayant travaillé la nuit peut être considérée comme « plutôt légère mais significative d’un point de vue statistique » », explique Pascal  Guénel dans un article de La Provence. Le risque relatif est de 1,3. Pour se donner un point de comparaison, le fait de fumer engendre un risque relatif de 10 d’être atteint d’un cancer du poumon.

> Le risque est encore plus important pour les femmes qui ont travaillé de nuit pendant plus de quatre ans et

> Le risque augmente pour celles qui alternent travail de jour et travail de nuit.

> Le risque est aussi accru lorsque les femmes ont commencé à travailler de nuit avant leur première grossesse.

« Toutes les études sur le travail de nuit partent de l’hypothèse d’une perturbation du rythme circadien qui entraîne une perturbation du cycle hormonal, suspectée d’entraîner un risque accru de cancer », précise Pascale Guénel. Le Centre international de recherche sur le cancer (IARC/CIRC) classe le travail de nuit comme étant « probablement cancérogène » puisqu’il perturbe le rythme circadien qui gère l’alternance veille/sommeil et régule certaines fonctions biologiques.

Hôtellerie, secteur de la santé, usines, police… Non seulement l’information devrait être transmise aux salariées concernées mais un dépistage spécifique devrait leur être proposé, pour qu’elles ne payent pas de leur vie le fait d’avoir travaillé.

Dépression ou baby blues ? La marche à suivre

On le sait : l’activité physique, c’est bon pour la santé physique mais c’est aussi bon pour la santé morale ! Et même, l’activité physique douce. Pas la peine de souffrir pour se faire du bien, ça c’est LA bonne nouvelle… Marcher, tout simplement peut avoir un effet bénéfique sur le moral.

Une étude écossaise de l’Université de Stirling, (Ecosse) a montré récemment que la marche a des vertus thérapeutiques pour lutter contre certains symptômes de la dépression légère ; C’est désormais prouvé, « la marche à pied à statistiquement un effet significatif, sur les symptômes de dépression, auprès d’une certaine population », expliquent les experts, selon un article édité dans Jol press.

La marche ou une activité physique régulière mais douce permet de diminuer  la réapparition de certains symptômes de la dépression. Bien qu’elle ne remplace pas complètement les antidépresseurs, elle permet d’accompagner la guérison et surtout de la rendre durable. Quand on sait que 300 millions de personnes sont victimes de dépression… la découverte est intéressante à plus d’un titre.

L’article revient également sur les femmes enceintes  ou les jeunes mamans qui subissent une forme légère de dépression, autrement dit dans notre langage courant de mamans, le baby blues. La prescription d’antidépresseur n’est pas nécessairement recommandée mais la marche à pieds ou toute autre activité physique douce pratiquée régulièrement peut avoir des effet bénéfique et représente « une solution inoffensive pour la mère et l’enfant. » C’est un pas vers la guérison et une solution à recommander sans modération, tous les jours !

Découvrez le Walea Club


Cours de gym en ligne pour
Femmes Enceintes et Mamans.
Yoga, Gym douce, Pilates, Bien-être.
Remise en Forme Postnatale, Abdos,
Cardio, Gym avec Bébé...

Inscrivez-vous
pour être en forme et retrouver votre équilibre
SANS Contrainte

AVANT et APRES votre grossesse.

VIVEZ LE SPORT AUTREMENT.

Announcement
VIP Walea
Nouveau ! Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement les e-books Walea : un concentré de bien-être pour les femmes !

E-mail:

Inscription
Désinscription