Articles avec le tag ‘incontinence’

L’incontinence urinaire est-elle une fatalité ?

L‘incontinence urinaire est un sujet cher à Walea qui reste malheureusement encore tabou. Peu de femmes osent parler de leur incontinence et pourtant nous sommes nombreuses à en souffrir. Dans un de nos anciens billets, le point sur l’incontinence urinaire d’effort,  nous indiquions que 44 % des femmes de plus de 18 ans seraient concernées par l’incontinence urinaire d’effort.

Parmi les causes identifiées l’accouchement est considéré comme le facteur de risque le plus important car il entraine des traumatismes musculaires au niveau du plancher pelvien lors de la poussée ou encore en cas d’accouchement long. Une récente étude de l’Université de Göteborg en Suède revient sur le sujet pour déterminer la prévalence de l’incontinence 5 ans après l’accouchement, puis entre 5 et 10 ans, et enfin après 10 ans et plus.

Le constat est le suivant : comparativement à une césarienne, le risque d’incontinence urinaire triplerait dans les 10 années qui suivent un accouchement par voie vaginale. La prévalence de l’incontinence urinaire s’avère ainsi considérablement plus élevée après un accouchement par voie basse (40,3 %) qu’après une césarienne (28,8 %).

Face à ce constat qui revient dans de nombreuses études et les pourcentages élevés d’incontinence, Walea s’interroge sur le suivi post-natal et la rééducation périnéale. En effet, l’incontinence n’est pas une fatalité et il existe des solutions pour la guérir.

La guérison, ainsi que la prévention, passe tout d’abord par l’information : avoir conscience des  risques et des causes d’incontinence urinaire, ne pas penser que cela ne concerne que les autres,  en parler à sa sage-femme ou son gynécologue, surtout ne pas négliger la rééducation périnéale post-natale mais aussi la musculation périnéale tout au long de sa vie.

Lire la suite »

L’eau, source d’incontinence ?

 

Copyright : Photo Libre

Les femmes boivent-elle trop d’eau ? Les membres du réseau Périnice  lance un signal d’alerte. Boire trop d’eau pourrait être à l’origine de nombreuses maladies intimes qui handicapent les femmes et gâchent leur quotidien.

« Fuites, incontinence, urgences mictionnelles, levers nocturnes multiples, cystites à répétition, infections urinaires à répétitions, reflux vésico urétéraux, insuffisance rénale, troubles du sommeil, de l’humeur, dépression, marginalisation, handicap social » : sympas ces pathologies ! Souvent tabous, on n’en parle pas ou peu mais elles ont un impact très négatif sur notre qualité de vie. Et en plus elles coûtent chers ! Entre 40 et 150 euros par mois. Pour d’autres, c’est un petit pactole de 200 millions d’euros sur le marché français !

Six millions de femmes sont concernées par l’incontinence, jeunes ou moins jeunes. Et 32 % de ces femmes sont incontinentes à cause d’une vessie distendue. Boire une trop grande quantité d’eau favoriserait ce phénomène. Les médecins du réseau Périnice rappelle qu’il faut boire 1,5 litre par jour, un peu plus en été, tout apport hydrique confondu.

Mais surtout, ce qu’il ne faut pas oublier c’est d’aller aux toilettes régulièrement, dès qu’on en a envie. Nos modes de vie sont parfois tellement speed et stressant qu’on n’a même plus le temps d’aller aux toilettes. Enfin… disons qu’on ne le prend pas. C’est dingue, mais je suis sûre que vous voyez de quoi je parle ! Idéalement, il faut y aller toutes les deux heures. Le vrai problème n’est pas seulement de boire trop d’eau mais de ne pas aller suffisamment aux toilettes.

Dans tous les cas, il ne faut pas subir son incontinence. Consulter rapidement aidera à trouver une solution. Il n’y a aucune raison valable de subir ce problème typiquement féminin ! Le réseau Périnice indique sur le site 20 minutes que boire  « 1,5 litre et aller aux toilettes à la montre, toutes les 2 heures » est une méthode efficace. Dans d’autres cas, il faudra effectuer une rééducation périnéale. Croyez-moi, c’est efficace !

Un ventre plat à tout prix ?

Le numéro de septembre du magazine Santé Magazine titrait sur sa Une : « Ventre plat » avec un sous-titre alléchant « gym douce pour affiner sa taille ».

Je ne sais pas pourquoi je me suis sentie concernée … Je fonce sur l’article histoire de mettre en pratique ces exercices pour devenir la future déesse de la plage. Notez que je m’y prends à l’avance ! Et là, un gros doute m’envahit. A côté de quelques exercices de gainage, le coach du magazine propose le roll up pour faire travailler le grand droit. Je ne suis pas sûre que cet exercice soit inoffensif pour le corps des femmes. Pas sûre en effet que cette gym douce-là soit si douce que ça avec notre corps !

Le meilleur moyen de se flinguer le périnée est de pratiquer des abdos venant comprimer et exercer une pression sur le périnée. A éviter en toutes circonstances et en particulier après un accouchement. Non, sans rire, privilégiez le gainage, les méthodes d’abdologie, le yoga ou le pilates, la kiné hypopressive qui vous aideront à avoir un beau maintien et à renforcer les abdos profonds. Les exercices de musculation abdominale exerçant une pression sur le périnée le fragilise. Une fois ça va, mais à la longue, les muscles périnéens se relâchent.

Résultat des courses : ils ne remplissent plus leur rôle de hamac et ne soutiennent plus les organes se trouvant dans le bassin. La vessie risque de descendre… et bonjour l’incontinence urinaire dans quelques années. D’autant plus que vous pouvez avoir des abdos en béton, le tout recouvert d’une petite couche de graisse…

Découvrez le Walea Club


Cours de gym en ligne pour
Femmes Enceintes et Mamans.
Yoga, Gym douce, Pilates, Bien-être.
Remise en Forme Postnatale, Abdos,
Cardio, Gym avec Bébé...

Inscrivez-vous
pour être en forme et retrouver votre équilibre
SANS Contrainte

AVANT et APRES votre grossesse.

VIVEZ LE SPORT AUTREMENT.

Announcement
VIP Walea
Nouveau ! Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement les e-books Walea : un concentré de bien-être pour les femmes !

E-mail:

Inscription
Désinscription