Articles avec le tag ‘Alimentation’

Recettes de cuisine pour vivre plus longtemps

On vous en parlait il y a peu de temps : les omégas 3 sont vos amis pour la vie, tout comme les produits laitiers et le sport ! Et on vous conseillez déjà de faire le plein d’Omega 3.

Mais voilà qu’une nouvelle étude de la Harvard Medical School soutenue par les US National Institutes of Health (NIH) met en évidence les bienfaits du poisson gras (saumon, maquereaux, thon…) et surtout des omégas 3  sur la longévité.

Et il n’y a pas d’âge pour commencer : cette étude montre que consommer du poisson après 65 ans permet d’augmenter la longévité.  Les médecins ont examiné l’apport d’oméga3 dans le sang et ont trouver une corrélation entre un taux élevé d’oméga 3 et une réduction du risque de décès cardiovasculaire.

Selon le site Santélog, « l’analyse constate ainsi que des niveaux élevés d’acides gras oméga-3 dans le sang sont associées à une réduction de 27% du risque de décès toutes causes confondues, et une réduction de 35% du risque de décès par maladie cardiaque et que les personnes aux niveaux sanguins en omega-3 les plus élevés, ont vécu en moyenne, 2,2 années de plus. La conclusion des chercheurs s’impose, sur les bienfaits du poisson et des fruits de mer riche en oméga-3 (même si l’étude n’a pas directement prise en compte les apports alimentaires des participants). »

Sans compter que le saumon est très riche en vitamine D. 100g de saumon apporte 100% des besoins par jour. La vitamine D active des molécules qui vont attaquer les bactéries et les virus. Essayez donc de consommer un poisson gras au moins 1 fois par semaine: saumon, thon, sardine, maquereau…

Alors mangez 5 fruits & légumes par jour ET du poisson une fois par semaine !

Pour rappel, voici une liste d’aliments contenant des omégas 3 :

Le foie de morue

L’huile de colza

L’huile de lin

Les poissons gras

Les fruits à coques dont les noix

Les œufs bleu-blanc-cœur

La viande d’animaux élevés en plein air

La mâche, pourpier, épinard, cresson, laitue, frisée, cœur de palmier, avocat…

Santé femme : le rouge vous va si bien

Manger des myrtilles et des fraises diminueraient les risques de crise cardiaque chez les femmes, selon une étude publiée dans la revue Circulation. C’est plutôt une bonne nouvelle et un excellent prétexte pour se gaver de ces  délicieux fruits.

L’étude qui a porté sur 93600 femmes âgées de 25 à 42 ans qui ont noté leurs habitude alimentaires tous les 4 ans pendant 18 ans estime que le risque de crise cardiaque diminue d’un tiers chez les femmes ayant consommé au moins trois portions par semaine de ces fruits pendant 18 ans (!).

« Il est facile d’incorporer des myrtilles et des fraises au régime hebdomadaire des femmes. Ce simple changement alimentaire pourrait avoir un impact significatif sur les efforts de prévention », explique Eric Rimm, professeur à la Harvard School of Public Health de Boston. On connait le slogan « manger des fruits » mais on devrait dire  « manger des fraises » !

A vrai dire, ce sont les flavonoïdes contenus dans ces fruits qui sont les responsables bienfaiteurs. On les retrouve aussi dans le vin (ouf !), les mûres, les aubergines… de quoi varier les plaisirs alimentaires.

Selon l’article de la Dépêche, les fraises et les myrtilles permettent également de limiter le déclin mental des femmes. Autre aliment rouge à ajouter à votre menu : les betteraves qui selon les sportifs confirmés, améliorent les performances sportives. Les betteraves contiennent des nitrates utilisés dans la production d’oxyde nitrique, composant qui favorisent la dilatation des vaisseaux sanguins, facilitant ainsi le transport de l’oxygène aux muscles que vous sollicitez lorsque vous pratiquez une activité sportive.

Autre aliment bénéfique pour la santé si vous voulez ajouter des couleurs à votre assiette et passer un peu au vert selon Plurielles : les asperges, la choucroute (sans les saucisses), le chanvre (si si) et les algues (qui sont bien meilleures au goût que ce qu’on pense).

La néophobie, ou l’art de ne plus vouloir manger à deux ans

Copyright : Photo Libre

C’est un peu comme ça que ça se passe chez nous en ce moment, à chaque repas. « Nan, veux pas, naaaaan ! ». Mini louloute fait sa crise et mange super mal. Presque pas à vrai dire, à part du chocolat, et surtout pas son lait le matin sous quelque forme que ce soit (biberon, tasse, verre, avec ou sans paille…). C’est un peu angoissant pour moi…

Mais il parait que c’est normal, il parait que les enfants ne se laissent pas mourir de faim, il parait que tout va bien. Un ami m’a transféré un CP (communiqué de presse, je me la pète là) de la société Alcimed « société de conseil et d’aide à la décision » qui s’intitule « La néophobie, comment l’anticiper ? Un enjeu pour les mamans et les industriels ». Il s’avère en fait que la néophobie est plus un enjeu pour les industriels. En tout cas, pile dans le sujet chaud bouillant du momen. Alors je lis et je partage avec vous.

Voici le contenu du CP [avec mes réflexions à sa lecture] :

« De nombreux parents se demandent pourquoi leurs enfants, à partir de l’âge de 2 ans, deviennent difficiles avec la nourriture. [c'est vrai ça je me le demande]. La raison est qu’à cet âge, les enfants rentrent dans une phase que l’on appelle la néophobie qui se manifeste par la réticence à goûter de nouveaux aliments (ça on a remarqué, même les anciens aliments, ça passe pas). Il s’agit d’une phase normale de développement chez l’enfant mais qui peut être anticipée par les parents et ainsi réduite. [Ouf, elle est banalement normale, mais si c'est normal pourquoi réduire cette phase?]

(…) Lire la suite »

Découvrez le Walea Club


Cours de gym en ligne pour
Femmes Enceintes et Mamans.
Yoga, Gym douce, Pilates, Bien-être.
Remise en Forme Postnatale, Abdos,
Cardio, Gym avec Bébé...

Inscrivez-vous
pour être en forme et retrouver votre équilibre
SANS Contrainte

AVANT et APRES votre grossesse.

VIVEZ LE SPORT AUTREMENT.

Announcement
VIP Walea
Nouveau ! Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement les e-books Walea : un concentré de bien-être pour les femmes !

E-mail:

Inscription
Désinscription