Archive pour la catégorie ‘La vérité sur le sexe’

Ma nuit avec Brad (Pitt)

 

 

Enfin je veux dire mon après-midi avec Brad Pitt… si j’avais 7200 euros à dépenser.

Car le beau gosse le plus sexy de tout Hollywood se met aux enchères sur Ebay. Mise de départ : 10 000 dollars soit à peu près 7200 euros selon le magazine People. Mouais il va falloir casser sa tirelire car c’est la modeste somme qu’il faut sortir pour passer un moment avec cet homme extrêmement séduisant, toute seule. Non pas qu’il ait changé de métier, celui d’acteur semble être suffisamment lucratif pour entretenir sa très nombreuse famille…

Mais le beau Brad fait dans l’humanitaire (un truc de famille sans doute). L’argent reçu aidera à la reconstruction de maisons détruites par Katrina en 2005, à la Nouvelle Orléans, par le biais d’une organisation caritative « Make It Right March », mise en place par Brad Pitt. En bonus, si vous remportez ces enchères, on vous offre une invitation pour deux au gala de charité de la fondation le 10 mars 2012 (y’a plus qu’à choisir une robe de cocktail), la visite d’une de ces maisons construite grâce à vous en compagnie de Monsieur Pitt (de quoi vous motiver pour parfaire votre anglais) et enfin deux nuits au Hyatt Regency New Orleans… sans Brad (Angelina reprend ses droits la nuit tombée). Grrrr…

Vous avez jusqu’au 16 novembre pour tenter votre chance. Ah si j’étais riche… 

PS : la photo, c’est juste pour que vous ne soyez pas trop dégouttée si votre CB refuse de passer le montant de  7200 euros : même les meilleurs font des erreurs !

Le sex appeal des parents solos

On les appelle les parents solos, les parents célibataires, les parents isolés… Et s’ils étaient tout simplement des parents ultra sexy ? C’est ce que laisse à penser un petit sondage relayé par le Nouvel Obs et réalisé par le site de rencontres Smartdate qui a demandé à ses clients si « Être un parent célibataire vous semble-t-il handicapant pour trouver l’amour ? »  Selon le site « 35.8% des parents isolés considèrent qu’il s’agit d’un désavantage, alors qu’une majorité (61.4%) pense que la monoparentalité est un non-sujet sur un site de rencontres ».

Tant mieux pour les parents célibataires qui ont envie de rencontrer quelqu’un. Mais il me semble, au vu de mon expérience, qu’il est plus difficile pour une femme solo avec enfants de rencontrer quelqu’un. Question d’organisation et aussi d’engagement. Est-ce que je me trompe ?

La libération du clitoris est en marche

Copyright : Second sexe

Le clitoris, c’est le seul organe humain dédié uniquement au plaisir. Ne serait-ce que pour cette raison il mérite qu’on parle de lui et qu’on le libère une bonne fois pour toutes. Moralisateurs, bien pensants, psychanalystes (dont Freud) l’ont toujours dénigré, vilipendé, caché, sali au nom d’une sexualité orientée vers le plaisir de l’homme. Est-ce pour cette raison que certaines sociétés pratiquent l’excision ? On nous a rabâché les oreilles à longueur de pages de magazines pour savoir si nous étions clitoriennes ou vaginales… D’où vient ta jouissance, et je te dira qui tu es…

Mais la sexualité est multiple ! Pour qu’on le garde en tête, une association lance une campagne osée : celle de la libération du clitoris. A partir du 6 juin, sur les murs de certaines villes (je me demande lequelles…), une campagne s’affichera sur le thème « osez le clito ! ». Selon le site Second sexe, « Osez le féminisme veut affirmer que les sexualités des femmes sont multiples, se vivent en dehors de toutes procréation, ne sont pas forcément complémentaire du sexe masculin ». Y’a plus qu’a créer le front de libération du clitoris, le FLC…

Je vous conseille la lecture de l’article Des clitoris bientôt libérés. On y apprend une foule de choses. Pour ma part, je me souviens d’une discussion mémorable sur le clitoris dans un resto de Bastille… Les présentes (et les présents) se reconnaîtront.

Les toxicos de l’amour

 

L’amour, c’est une drogue et c’est pour ça que ce n’est pas en vente libre. L’amour on se le refile sous le manteau (ou la couette) dans une pénombre protectrice ou en plein soleil. Mais une fois qu’on y a goûté, on ne s’en passe plus.

Les amoureux sont dépendants de deux substances terriblement additives : la dopamine et les endorphines. Et comme le souligne le site Terrafemina, on ne devrait pas dire tu me manques, mais je suis en manque. De ta peau, de ton odeur, de ton regard, de tes mains, de ton désir. Etre dépendant de l’amour, on veut bien. C’est si bon ! Le problème, c’est l’accoutumance. Plus on est soumis à ces drogues de l’amour, et moins elles font d’effets. Le triste résultat est que le sentiment de passion qui nous anime au début d’une relation s’émousse petit à petit. Le corps s’habitue à ces substances pour finir par ne plus les ressentir.

Selon Lucy Vincent, ancien chercheur au CNRS et docteur en neurosciences, cité sur Terrafemina, « les histoires d’amour ne finissent pas forcément mal, elles finissent en débouchant sur une autre forme d’amour, qui sera celle de la durée ».

Heureusement, l’ocytocine vient à la rescousse : cette hormone de l’amour se dégage lors d’un orgasme, lorsqu’une femme accouche, ou encore grâce aux contacts tactiles agréables. C’est elle qui nous retourne quand on voit les êtres aimés (mari, amants, enfants…). Elle favorise le bien-être et l’attachement affectif. C’est aussi un atout santé. Et elle peut être consommée sans modération. C’est la drogue la plus aboutie puisque jamais son effet ne s’amoindrie ! Notre conseil Walea : une bonne dose quotidienne d’ocytocine et la vie sera belle !

A la recherche de la nouvelle star du porno

Quand j’ai lu l’article sur le site 7/7, je n’y ai pas cru. Dans le genre télé-réalité, on a connu Loft story, La ferme, La Star Ac’, Pop Star, Qui veut épouser mon fils, Fear Factor, X factor, Le Bachelor, Koh Lanta, Pékin Express, L’ile de la tentation, Greg le Millionnaire, Oui Chef !, l’inoubliable carré Viip, bientôt Famille d’explorateurs et peut-être… Porn Stars !

L’idée dans cette dernière émission n’est pas de surmonter mille épreuves physiques ou ses partenaires, ni de trouver l’amour ou de résister à la tentation, ni de savoir chanter ou cuisine. L’idée c’est de savoir « baiser » ; Désolée pour la grossièreté, mais difficile d’écrire autre chose.

Cette émission proposera aux téléspectateurs d’élire les candidats ayant eu le meilleur rapport sexuel  sur scène devant la caméra ! Selon quels critères ? Mystère ! Les pré-sélections des candidats ont eu lieu en Afrique du Sud et on fait salle pleine. Les futures stars du porno potentielles se sont bousculées au portillon. J’imagine les castings de sélection… Cent as du sexe ont été retenus pour la compétition.

Et devinez ce que gagneront les heureux finalistes ? Le droit de jouer dans un film porno ! Wouah ! Il est temps d’éteindre la télé ;-)

Santé : vous êtes plutôt sexe ou café ?

 

Le café, c’est un peu comme le sexe. On l’aime avec modération ou passionnément. Avec lui, on est plutôt du matin ou du soir. Il y a celles qui le préfèrent l’après-midi, entre 5 et 7. Chacune a ses préférences : long, court, corsé, doux… Il y en a pour tous les goûts et toutes les tentations. Et comme le sexe, le café fait du bien à notre santé.

Selon une étude suédoise, de l’Institut Karolinska, publiés dans la revue Stroke, boire au moins une tasse de café protégerait les femmes d’un risque d’attaque cérébrale. 34 670 femmes âgées de 49 à 83 ans ont été suivies pendant 10 ans avant de pouvoir tirer ces conclusions. Selon cette étude, reprise par Fluctuat.net, le risque d’AVC diminuerait de 22 à 25 % en buvant au moins une tasse de café par jour. Si vous n’êtes pas une adepte du café, il est temps de s’y mettre. A moins que vous ne préfériez faire l’amour pour préserver votre santé ! Quoique qu’un petit café après l’amour, c’est pas mal non plus.

Rétro avant sur le devant !

Vous êtes nombreuses et nombreux (et oui les hommes aussi lisent Walea !), à avoir aimé la vidéo que nous avons récemment publiée Rétro arrière pour le derrière !

Et bien figurez-vous que cette vidéo a aujourd’hui une suite :

Deux petits malins, ont voulu prouver à la planète qu’ils étaient également victimes de regards déplacés, je cite, en direction de leur « paquet » !

A voir sur youtube.com

J’attends toujours la vidéo qui pourrait s’appeler plein feu sur les pare-chocs !

A suivre, donc !

http://www.walea-blog.com/2011/02/17/retro-arriere-pour-le-derriere/

Divorce : la faute aux filles ?

Copyright : Photo Libre

La possibilité de divorcer est apparemment plus importante si l’on est parent d’une fille !

Décryptage :

Deux économistes américains, Gordon Dahl de l’université de Rochester, et Enrico Moretti de l’université de Los Angeles, ont analysé 3 millions de registres de naissances, et de mariages, et en ont tiré la conclusion que les couples mariés élevant une fille ont une probabilité de séparation 5% plus importante qu’un couple élevant un garçon ! La probabilité augmenterait avec le nombre de filles engendrées… Ainsi les parents de 3 filles auraient une probabilité de séparation 10 % plus importante que des parents de 3 garçons. Plus surprenant encore, des concubins attendant un garçon auraient plus de chance de se marier que des concubins attendant une fille…

Quelles sont les explications données à cet écart statistique ?

Lire la suite »

Rétro arrière pour le derrière !

Deux copines ont eu l’idée de se fixer une caméra sur le popotin pour avoir une vue sur qui mate leurs arrières !

La vidéo de la vie d’un derrière (assez joli) vaut le détour :

A voir sur koreus ! La vidéo sur youtube a été retirée !

Bon, faudra qu’on revienne sur l’article avec une étude sur le sujet ! Et si on planquait une caméra dans un décolleté pour voir ce que ça donne ?

Vade retro ?

Viibryd : le premier antidépresseur « sex friendly »

Copyright : Photo Libre

Antidépresseurs et  désir sexuel ne feraient pas bon ménage ?  Walea relaie un article de Rue89 qui braque les projos sur le sujet :

L’accord par la Food and Drug Administration vient d’être donné pour la commercialisation prochaine aux États-Unis d’un nouvel antidépresseur, le Viibryd, qui n’aurait aucun effet secondaire sur la sexualité. La sortie de cette nouvelle molécule lève ainsi un tabou sur un sujet délicat qui toucherait près d’un dépressif sur deux. L’argument commercial est de poids pour le laboratoire à l’origine de cette nouvelle molécule.

Si les études parlent de 40 % à 50 % de patients concernés, selon le psychiatre et sexologue Patrick Blachère, le phénomène serait sous-évalué : « Les études sur les antidépresseurs se concentrent sur le début du traitement, soit les huit premières semaines. Pendant cette période, l’état du patient s’améliore et les effets positifs du médicament l’emportent sur les effets secondaires. Ce n’est que dans un second temps, quand le patient va mieux, qu’il réalise ses troubles sexuels, et que la souffrance se fait sentir. »

La pudeur des patients jouerait pour beaucoup mais l’information sur les effets secondaires par les professionnels de la santé laisserait aussi à désirer. Rue89 souligne ainsi que si « en Grèce, en Italie et en Espagne, la sexualité est librement abordée avec les patients pendant les rendez-vous, ce n’est pas le cas dans les pays plus au nord », et notamment la France.

Cette nouvelle molécule serait-elle un premier pas pour guérir et viibryd de plaisir ?


Découvrez le Walea Club


Cours de gym en ligne pour
Femmes Enceintes et Mamans.
Yoga, Gym douce, Pilates, Bien-être.
Remise en Forme Postnatale, Abdos,
Cardio, Gym avec Bébé...

Inscrivez-vous
pour être en forme et retrouver votre équilibre
SANS Contrainte

AVANT et APRES votre grossesse.

VIVEZ LE SPORT AUTREMENT.

Announcement
VIP Walea
Nouveau ! Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement les e-books Walea : un concentré de bien-être pour les femmes !

E-mail:

Inscription
Désinscription